Shoot éditorial & quelques questions avec Vanessa Pilon

William Arcand, un jeune photographe dont vous n'avez pas fini d'entendre parler, m'a proposé de maquiller Vanessa Pilon pour une séance créative. '' Bonne idée, on s'est jamais rencontrées et elle a l'air vraie alors ça me tente! Est-ce qu'on peut s'amuser? Je lui mettrait une perruque colorée." 

Ce dimanche après-midi là, j'ai fait une belle rencontre. On a parlé voyage, amour et projets. En la maquillant, j'ai eu l'impression de croiser le regard de Monica Bellucci. Devant la caméra, j'ai vu Vanessa avoir l'aisance d'une Kate Moss. Elle était bien, on a eu beaucoup de plaisir. Je pense même lui avoir donné le goût de s'acheter des perruques et de s'amuser à rocker des têtes différentes. En tout cas, avoir les cheveux rasés, c'est ce que je ferais! L'entrevue est à la suite des photos. 

Photo : William Arcand /Assistante : Béatrice Morin                                     Stylisme : Camille Internoscia / Assistant : Yan Di Fabio

                                              Makeup & wig styling : Yours truly. xo

vanessa pilon-william arcand-lea begin-makeup-makeup artist-montreal-lifestyle-lifestyle blog-beauties-
vanessa pilon-william arcand-lea begin-makeup-makeup artist-montreal-lifestyle-lifestyle blog-beauties-
vanessa pilon-william arcand-lea begin-makeup-makeup artist-montreal-lifestyle-lifestyle blog-beauties-
vanessa pilon-william arcand-lea begin-makeup-makeup artist-montreal-lifestyle-lifestyle blog-beauties-
vanessa pilon-william arcand-lea begin-makeup-makeup artist-montreal-lifestyle-lifestyle blog-beauties-
vanessa pilon-william arcand-lea begin-makeup-makeup artist-montreal-lifestyle-lifestyle blog-beauties-

1- La série que tu binge watch? C’est rare que je me permets de « binge watcher » (ça se conjugue, ce verbe, right?) une série. La dernière, c’était quand j’étais en peine d’amour il y a quelques mois. J’ai regardé « Love », de Judd Apatow, qui traite un peu de ce qui nous empêche, dans la trentaine, de réellement aller à la rencontre de l’autre. À 31 ans, je suis plus awkward que jamais, en amour. Ça m’a immédiatement interpellée. Je l’ai regardée en braillant et en mangeant des Cheetos. #cannotadultrightnow

2- Tu pourrais dépenser une carte cadeau de 5000$ en 5 minutes les yeux fermés dans quel magasin? Gucci! Ça serait réglé en 3 minutes, même.

3- Ton dernier lendemain de brosse était du à quel événement? C’était la faute du wrap party de mon émission à Vrak, Switch tes fripes.

4-Ton coin préféré au Québec? À part le boulevard Taschereau? Le bas du Fleuve. Mon corps se détend et mon coeur s’ouvre, quand j’y suis.

5- C'est la fin du monde demain. Tu manges quoi? Je vais au Mousso et j’essaie d’imprimer chaque saveur sur mes papilles.

6- Ton projet dont tu es le plus fier? Je suis encore très fière de Vrak Attak, l’émission que j’ai coanimé avec Pascal Morrissette et Nicolas Ouellet. C’était un gros laboratoire créatif. Chaque semaine, on se remettait en question, on se mettait en danger, on inventait de nouveaux segments, on repoussait nos limites. Je me suis souvent permise d’être hyper vulnérable à l’écran, de confronter mes peurs. Je pense que ça a beaucoup résonné chez les jeunes qui regardaient l’émission. Je suis encore fière du message qu’on a essayé de transmettre.

Ça, et le cendrier en pâte de sel que j’avais confectionné pour ma mère en maternelle. C’était malade, les années 80, quand même.

7-Le 2e endroit sur la planète ou tu te sens à la maison. Ulpotha, au Sri Lanka.

8- Secrètement, de qui es-tu groupie? J’ai un amour avoué pour le travail de beaucoup de gens. La liste serait interminable. Mais groupie? Hmmm… Je dirais que je suis un peu trop Iris Apfel en ce moment. Nonagénaire vraiment fashion et vraiment assumée.

9- Disons qu'on est des chats et qu'on a 9 vies. Tu faisais quoi dans la précédente et tu feras quoi dans la suivante? J’étais probablement un oiseau. Et j’aimerais ça l’être à nouveau. Un aigle, genre. Majestueusement badass. Et libre.

10- C'est le temps de plugger ce que tu veux. Une quote, un rêve, une joke, un event. Go!

Je suis porte-parole de l’Arsenal, un lieu qui diffuse l’art contemporain avec justesse et audace. Les expositions sont toujours fabuleuses. Plusieurs mardis par mois, on organise un « mardi culturel », une formule 5 à 7, où l’on prête l’espace à un artiste, pour un soir seulement. Il se crée de belles rencontres, dans l’éphémère, ce qui rend le tout encore plus excitant. J’ai la chance de pouvoir sélectionner un mardi culturel par mois; et j’ai choisi de mettre de l’avant des artistes féminines qui m’inspirent et que je trouve majestueusement badass. Et libre.

Photo crédit : Yan Di Fabio

Photo crédit : Yan Di Fabio