300 raisons d'aimer Marie-Joëlle Parent.

Me donnes-tu des points pour l'originalité de mon titre? Sans farce, tu m’aurais dit « Eille, tu peux rencontrer n’importe quelle Québécoise qui s’illustre hors Québec, tu rencontres qui ? » Je t’aurais répondu Marie-Joëlle Parent. Pourquoi ? Je vais t’expliquer ça simplement :

 Crédit photo :  @mariejoelleparent

Crédit photo : @mariejoelleparent

  1. Parce qu’elle est journaliste, qu’elle est une grande voyageuse, qu'elle a vécu à New York plusieurs années avant de s'établir à San Francisco.
  2. Parce qu’elle prend des photos « epic » (si tu n’as jamais visité sa page Instagram, you are missing out);
  3. Parce qu’elle a écrit deux livres (300 raisons d’aimer New York et 300 raisons d’aimer San Francisco), et que son concept a été repris par d’autres auteurs, dont Geneviève Borne (300 raisons d’aimer Londres) et Judith Richie (300 raisons d’aimer Paris);
  4. Parce qu’elle a changé ma façon de voyager.

 

On s’est donné rendez-vous au Butterblume, une adresse qu’elle affectionne particulièrement à Montréal. Sauf qu’à 18h00, un mercredi, le Butterblume est fermé. Qu’à cela ne tienne, MJ salue l’une des propriétaires, et me propose plutôt que l’on se promène vers la rue Fairmont. Nous trouverons bien un endroit cool où prendre un café pour l’entrevue. Bon là je m’énarve, mais à ce moment-là dans ma tête je me dis : Eille, je me fais proposer d’explorer le Mile-End et déambuler dans ses rues avec LA reine de l’exploration citadine, oh man. Elle me pose plein de questions, et là je suis prise à mon propre jeu et commence à lui raconter ma life.

C’est ça le truc avec MJ, elle s’intéresse aux gens et toi, t’es complètement à l’aise de partager.

On atterri au Olimpico et en attendant notre commande, MJ en profite pour poser des questions au barista : Le petit-frère du célèbre café a ouvert ses portes dans le Vieux-Port? Est-ce que ce sont les mêmes proprios ? Comment ça se passe ? Rapidement, je comprends mieux ce qui fait d’MJ l’auteure de ces merveilleux livres, parce que c’est avec cette ouverture et cette curiosité que l’on découvre des perles rares dans sa propre ville.

Quand je te disais qu’elle avait changé ma façon de voyager, c’est qu’avec ses livres, j’ai compris que tout ce que je voulais en fait lorsque je visite un endroit, c’est de me payer le luxe d’être une locale et de vraiment apprendre à connaître la ville. Quand je dis connaître, je ne te parle pas juste de traverser Time Square, par exemple, et de m’assurer de voir tout ce qu’un bon touriste a sur sa to-do-list. Non. Je veux en connaître les histoires, en différencier les quartiers, manger sa meilleure bouffe et que le temps de mon séjour, je prenne littéralement le pouls de la ville. Avec les livres de sa collection, on te recommande les grandes institutions, bien entendu, mais aussi les bouis-bouis qui ne payent pas de mine, mais qui sont des incontournables pour les habitués. Avec son bouquin, mon dernier voyage à New York a été complètement différent de mes sept visites précédentes. Mon crush : le Dear Irving, un cocktail parlor tellement spécial et qui te fait traverser les époques avec ses quatre sections. Tu passes de l’ère JFK des années 1960 à Gatsby, pour ensuite te transporter à l’époque d’Abraham Lincoln et finir par la salle Marie-Antoinette et sa vibe Renaissance.

 Crédit photo :  mjparent.com

Crédit photo : mjparent.com

MJ était à Montréal tout l’été pour ses chroniques à l’émission Indice UV à Radio-Canada. Je lui demande quand planifie-t-elle de rentrer à New York. À ma grande surprise, elle me répond qu’elle ne retournera peut-être pas à New York, et qu’elle et son mari déposeront leurs valises probablement à San Francisco, d’où celui-ci est originaire. Celle qui a décortiqué et exploré tous les recoins de Manhattan (à notre plus grand bénéfice) n’y retournera donc pas y habiter ? New York restera très spécial, mais le coût de la vie y est simplement inconcevable lorsque l’on veut fonder une famille.

On jase de sa carrière de mannequin avant qu’elle ne devienne journaliste, de photos prises avec un téléphone et de son extraordinaire opportunité tombée du ciel d’être l’un des visages de la campagne L’Oréal True Match 2017, et à laquelle elle n’a pas imaginé un seul instant dire non. D’ailleurs, sa copine, Tamy Emma Pepin, est aussi l’un des visages de cette campagne qui prône la diversité. Juste comme ça, une autre de ces filles c’est Blake Lively. Just saying.

 Crédit photo :  mjparent.com

Crédit photo : mjparent.com

On parle aussi de l’importance de l’entraide en milieu professionnel, et de gentillesse. Elle me dit croire fermement qu’il ne faut pas hésiter à donner un coup de pouce, même à ceux qui peuvent constituer notre « compétition ». Il faut aussi faire attention à la façon dont on écoute et dont on traite les autres, et elle me dit qu’elle croit d’ailleurs que c’est pour cela qu’elle a réussi à obtenir certaines de ses entrevues, et à pénétrer dans des endroits autrement inaccessibles. Bref, être fine et travailler fort.

La suite pour MJ ? Agrandir la collection « 300 raisons d’aimer ». Elle ne peut rien me dévoiler, mais de nouvelles villes ont déjà été ciblées, et leurs auteurs, des Québécois que l’on connaît bien et qui adorent voyager, en pourparlers avec l’éditeur.

Je l’adorais déjà avant de la rencontrer. Ce que je peux te dire de plus maintenant, c’est qu’elle est incroyablement généreuse, accessible et tellement élégante. Son motto : work hard, be nice and amazing things will happen. Voilà Marie-Joëlle Parent.

 Crédit photo :   Instagram Marie-Joelle Parent  / Maquillage par Léa! ;)

Crédit photo :  Instagram Marie-Joelle Parent / Maquillage par Léa! ;)

q&a.jpg

La série que tu binge watch?

The Handmaid's Tale, Abstract (Netflix) Narcos, The Defiant Ones et The Chef's Table.

Tu pourrais dépenser une carte cadeau de 5000$ en 5 minutes les yeux fermés dans quel magasin?

Chez Tibi, j'aime tout ce qu'ils font. C'est une marque new-yorkaise. Leur boutique est dans le quartier SoHo, mais on peut aussi acheter leurs vêtements sur Internet. 

Ton dernier lendemain de brosse était dû à quel évènement?

Il y a quelques semaines, je suis sortie souper un jeudi soir avec un vieux couple d'amis à Perles et Paddock. Ce ne devait être qu'un souper, mais ça s'est terminé en virée de deux autres bars jusqu'à 3 AM. J'ai regretté ma vie le lendemain! Ça m'a pris une semaine à m'en remettre!

Ton coin préféré à Mtl?

J'adore me promener le long du canal de Lachine, j'aime me perdre dans les ruelles vertes du Plateau, j'aime les pique-niques au Parc Laurier et j'aime le tronçon de la rue Fairmount entre le boulevard St-Laurent et la rue Saint-Urbain. C'est le parfait pâté de maisons. Il y a le vieux barbier Hollywood, les bagels Fairmount, le légendaire Wilensky, les glaces de Kem Coba, un magasin de papiers japonais, le comptoir de gnocchi de la Drogheria Fine. C'est le mélange des genres et des époques!

C’est la fin du monde ce soir, tu manges quoi avant?

Un plat de pâtes Bolognese et un bon verre de vin rouge. Et comme dessert, des mochis glacés au thé vert et mon préféré, le riz gluant au lait de coco et mangue fraîche.

Ton projet dont tu es le plus fière?

Mon livre sur New York! Je suis fière d'avoir pu rendre hommage à cette ville qui m'a tant donné et de voir que mon idée a donné naissance à toute une collection de guides, c'est la plus belle récompense. Je suis aussi très fière de donner envie aux gens de voyager et de sortir des sentiers battus.

Le deuxième endroit sur la planète où tu te sens à la maison?

San Francisco! C'est une ville absolument magique où je me suis instantanément sentie dans mon élément. (Update : À l'heure ou vous lisez ce texte, sachez que Marie-Joëlle demeure maintenant à San Francisco! Elle a de la suite dans les idées!)

Secrètement, de qui es-tu groupie?

Je suis groupie d'Emily Weiss, la créatrice de la marque Glossier. C'est une jeune femme d'affaires remarquable et j'adore son sens de l'esthétique. Sinon, je suis groupie depuis plus de 10 ans de Casey Neistat. Si vous ne le connaissez pas, allez de ce pas regarder ses vidéos YouTube. C'est mon idole!

Disons qu’on est tous des chats et qu’on a 9 vies. Tu faisais quoi dans ta vie précédente et tu feras quoi dans la suivante?

Dans une vie précédente, j'étais chanteuse dans une chorale gospel dans le sud des États-Unis ou biologiste marine et dans la suivante, j'explore l'espace!

C’est le temps ou jamais de plugger n'importe quoi. Go.

Mes livres, 300 Raisons d'Aimer New York et 300 Raisons d'Aimer San Francisco. Je le répète souvent, il n'est pas nécessaire d'avoir un voyage prévu dans ces deux villes pour les apprécier, ils sont tellement imagés et remplis d'histoires qu'on peut voyager sans bouger de son salon! Vous pouvez aussi me suivre sur Instagram @mariejoelleparent.

Marie Flambard.png