Ma mère.

Je vous présente ma mère, Line Lafontaine. Ou encore "La mére" avec un accent québécois bien senti. Petit nom qu'on lui donne affectueusement, mon frère, mon père et moi.  

Line Lafontaine est née en octobre 1953 sous un signe Balance assumé et honoré. Elle patauge entre une genre de force extrême ainsi que la plus grande sensibilité qui soit. Indépendante et fière, toujours pressée. Elle roule ses R, sa peau sent la peau qui n'a pas besoin de parfum. Line, elle a eu plusieurs métiers. Elle a commencé avec une technique en présentation visuelle. Puis, elle a travaillé chez LaBaie pour pincer les voleurs à l'étalage. Ensuite, juste pour continuer dans une lignée qui ne fait pas de sens à date, elle s'est exilée à St-Alexis des Monts dans une belle petite maison de campagne où elle a commencé à teindre la laine avec des végétaux. Femme de tête et corps plein d'énergie, elle a ouvert sa maison à des groupes de femmes qui venaient en autobus de Montréal pour apprendre la teinture végétale. Elle leur a donné des ateliers et leur a fait à manger. (Genre d'atelier que j'aurais suivi en ce moment avec Beauties!!!)

Parce que Line, elle sait cuisiner. Presque tout le monde le sait, même certain des plus grands chefs de Montréal. C'est pas parce que c'est ma mère, ça me ferait plaisir de dire qu'elle n'excelle pas dans quelque chose. Mais... Elle TORCHE. Si elle avait un restaurant à Montréal, ce serait dans la petite Italie et ça s'appellerait Lina. C'est pas elle qui le dit, c'est moi. Mais quand je lui trouve une idée de projet de retraite, elle ne veut rien savoir, elle est tannée de travailler.

Je reviens à son ancienne vie. C'est dans un salon d'artisans en Mauricie qu'elle a rencontré mon père Louis Bégin, qui ressemblait à Raspoutine dans ce temps-là. God knows comment elle a fait pour voir à travers sa barbe, mais ils ont fait 2 enfants, déménagés à Montréal, puis à Saint-Bruno. Puis la séparation quand j'avais 4 ans, suivi par sa rencontre avec Nino au marché Jean Talon. Le deuxième homme de sa vie, mon autre papa. Ils ont ouvert ensemble leur commerce de fruits et légumes fins et ont eu un succès monstre. Femme de tête, j'ai dit.

IMG_1021.jpg

Elle faisait la comptabilité, la gestion d'êtres humains, s'occupait des comptes de gros restaurateurs. Pour laisser place à la fatigue extrême et un corps endolori. Line mérite chaque minute de sa retraite.

Maintenant, elle vit sa vinaigrette (son expression) entre la région des Abruzzes en Italie et Saint-Bruno. Elle parle mieux italien qu'anglais. Quand elle est sur l'autre continent, on s'ennuie pas mal d'elle. Mais dès que ma mère juge avoir fait assez de pots de confitures de figues, elle commence à se dire qu'il serait temps qu'elle revienne pour se rapprocher sa mère, ses amies, ses enfants. 

(En ce moment, toutes mes amies ont des bébés et je suis témoin de tout ce que tu as du faire pour nous élever. Tu me ground, ne me juge pas, tu m'aides, tu me fais rire. Je te dois tout. Je t'aime, maman.)

screenshot Lea.png